National Gallery of Canada Library & Archives | Bibliothèque & Archives du Musée des beaux-arts du Canada
 National Gallery of Canada Library & Archives | Bibliothèque & Archives du Musée des beaux-arts du Canada
Accueil Recherche Marques et inscriptions Sources Remerciements Aide English
Marques et inscriptions

Les estampes inuites authentiques portent en général des marques estampillées, soit des signes particuliers (symboles ou logos), qu'accompagnent ou non des inscriptions au crayon. Ces marques et inscriptions précisent le plus souvent ce qui suit :

Titre

En anglais ou en écriture syllabique inuktitut.

Matériaux/techniques

Les artistes du Québec arctique indiquent parfois « gravure sur pierre » en écriture syllabique; certaines communautés omettent la technique.

Numérotation

Rang de l'épreuve sur tirage. Ex. : 12/50. La numérotation est donnée à titre purement indicatif; le numéro de l'épreuve ne correspond pas nécessairement à son vrai rang dans le tirage. Contrairement à la règle communément admise, les premiers numéros d'un tirage peuvent être les meilleurs et les derniers, les moins réussis.

Communauté ou coopérative

En anglais ou en écriture syllabique inuktitut, ou les deux.

Date

La date correspond habituellement mais pas forcément à l'année de la collection. Au début, c'est-a-dire au temps héroïque de l'expédition des estampes par voie d'eau, on les datait en général de l'année précédant l'édition ou de l'année de leur tirage. De nos jours, la date inscrite est sauf exception l'année d'édition.

Nom de l'artiste

En écriture syllabique. L'artiste signe en général au crayon. Les artistes/graveurs de la collection Holman ne signent pas en écriture syllabique. à Pangnirtung en particulier mais aussi dans certaines autres communautés, le caractère syllabique en forme de L inversé ??? ou “_” (pour :/ au nom de / en son nom) devant ou après une signature en caractères syllabiques indiquent qu'elle n'est pas de la main de l'artiste; le « substitut » est quasi toujours un parent, à qui, pour cause de décès ou de maladie de l'auteur, on a demandé d?authentifier les estampes. On a également eu recours à ce procédé en cas de départ de l'artiste de la communauté avant l'achèvement du tirage.

Nom de l'artiste + nom du ou des graveurs en anglais et, parfois, en écriture syllabique inuktitut

L'usage dicte cet ordre d'où, en présence d'un nom unique, l'hypothèse que l'auteur de l'estampe en soit également le graveur. La permutation des noms de l'artiste et du graveur s'observe parfois sur certaines estampes ; cette interversion ne tire pas à conséquence, sauf dans le cas des gravures de Baker Lake où elle a pour objet de saluer l'art du graveur. Déjà sporadiquement présentes dans les premières collections, les marques de graveur estampillées se font ces dernières années plus courantes à Cape Dorset, Holman et Pangnirtung, où elles peuvent aussi bien s'ajouter que se substituer à la signature du graveur en caractères syllabiques. (Les premières collections annuelles de Cape Dorset et les collections d'essai de Holman et de Povungnnituk, ou Puvirnituq, comportent également des signatures d'artistes complexes sous forme d'estampilles [gravées] à la main).

Symbole de la coopérative ou de la communauté

Un pictogramme de la coopérative ou de la communauté d'origine figure parfois sur la ligne des inscriptions manuscrites. Sur les estampes de Cape Dorset, sauf les lithos, s'observent des ensembles japonisants d'estampilles à la main disposés au hasard sur la feuille, souvent dans le dessin.

Le symbole du Canadian Eskimo Arts Council

Symbol (CEAC) était en général apposé en marge. D'abord en noir et blanc en 1961, il sera gaufré à compter de 1962.

Ce symbole signifie « authentique », namatuk en inuktitut; sa présence attestait l'authenticité de l'estampe, et la conformité du dessin et de la technique aux normes professionnelles du Conseil. Le CEAC dont les membres étaient désignés par le ministre des Affaires indiennes et du Nord avait pour mandat de conseiller le ministre de tutelle, les coopératives et les artistes. La présence du symbole ne permettait pas de conclure à l'examen de tous les exemplaires d'un tirage.

Les estampes des collections de Cape Dorset de 1957 à 1960, des collections de Povungnituk de 1964 à 1969, d'éditions nordiques et quelques gravures de commande en sont dépourvues; elles sont néanmoins authentiques et bien attestées.

Le Conseil a cessé d'exister en septembre 1989; il ne subsiste plus aucune structure externe d'authentification des estampes. Le symbole de chaque coopérative ou communauté demeure la garantie d'authenticité des œuvres graphiques de la main d'artistes inuits.

Lettre dans l'image

Dans le Québec arctique en particulier, on a coutume de graver directement sur la planche un conte, une déclaration ou les noms de l'artiste/du graveur. La lettre (ensemble d'inscriptions) est souvent en écriture syllabique et parfois inversée, car l'artiste a travaillé directement sur la pierre et dans le sens de la lecture.

Les artistes de Holman ont manifesté de bonne heure une tendance à graver leurs noms dans les pierres.

 
Accueil | Recherche | Marques et inscriptions | Sources | Remerciements | Aide | English
© 2006 Arts & Culture of the North / Musée des beaux-arts du Canada
National Gallery of Canada -- Musée des beaux-arts du Canada Canada