Collections

Arc d'hystérieEnlarge image

Arc d'hystérie, 1993

Louise Bourgeois
France, États-Unis, 1911 - 2010
bronze avec patine au nitrate d'argent
83,8 x 101,5 x 58,4 cm
Acheté en 2005
Musée des beaux-arts du Canada (nº 41581)
© The Easton Foundation

Vu son intérêt pour les aspects corporels, affectifs et psychologiques de la douleur et de la peur, Bourgeois est forcément attirée par l’arc d’hystérie, conceptualisé et illustré au xixe siècle par le neurologue français Jean Martin Charcot (1825-1893). Dans ses travaux à la Salpêtrière, à Paris, il a cherché à représenter l’hystérie en documentant les comportements de ses patientes. La tension corporelle de l’arc hystérique - contraction musculaire intense ayant pour résultat l’immobilité et la paralysie des membres - est symptomatique d’un état affectif d’égale intensité. Bourgeois accentue encore cet état d’extrême vulnérabilité en suspendant au plafond son personnage masculin. En choisissant de le représenter dans une attitude traditionnellement associée à la féminité, l’artiste transgresse les rôles social et sexuel assignés à la femme, contestant l’idée fausse de l’hystérie, maladie féminine.

Catégories

Contemporaine
Sculpture

Audioguide

Aucun audioguide

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra