Imprimer cette page Partager cette page

Un Iceberg en pleine ville d’Ottawa

Ottawa - 19 juin, 2013

Iluliaq : une œuvre monumentale de l’artiste groenlandais Inuk Silis Høegh

Dans le cadre de SAKAHÀN. Art indigène international 

Au Musée des beaux-arts du Canada
jusqu’au 2 septembre 2013

Un immense Iceberg a pris forme sur le Grand Hall du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC). L’œuvre d’art monumentale, dont l’image contraste avec la chaleur de l’été, est celle de l’artiste groenlandais Inuk Silis Høegh. Intitulée Iluliaq [Iceberg], elle fait partie de la grande exposition estivale du MBAC, Sakahàn. Art Indigène international, la plus importante exposition jamais consacrée à l’art indigène contemporain, et a été spécialement créée pour l’occasion. Pour en savoir plus, rendez-vous à beaux-arts.ca/sakahan.

En s’approchant d’Iluliaq, les visiteurs peuvent entendre des bruits de craquements de glace, comme s’ils se retrouvaient à proximité d’un réel Iceberg. Pour créer Iluliaq, Inuk Silis Høegh ne s’est pas contenté d’utiliser une reproduction d’une formation de glace. Jouant avec les effets trompe-l’œil, il a plutôt réalisé un Iceberg tiré de sa propre imagination en faisant un montage de photographies prises par son père, le réputé photographe Ivars Silis.

Comme l’explique Høegh : « J’éprouve une sorte de plaisir pervers à construire ma propre formation glaciaire. Même si Iluliaq n’est que la plate illusion d’une réalité reproduite. En y regardant de plus près, on peut s’interroger sur sa crédibilité. Cette formation est-elle vraiment possible ? La gravité permet-elle une telle protubérance? La nature se comporterait-elle vraiment ainsi ? Peut-être bien puisque fort heureusement, le monde est vivant et que la réalité dépasse mon imagination. Alors pourquoi n’ai-je pas simplement imprimé une image non manipulée d’une formation de glace, pourquoi m’a-t-il fallu sculpter ma propre image ? Est-ce le désir de l’homme de maîtriser la nature, de la fragmenter pour ensuite la reconstituer ? Ou peut-être est-ce que je trouve un certain réconfort dans la nature sauvage de la glace et dans la menace que pose sa fragilité ?...  Pleinement conscient de l’impossibilité pour moi de jamais parvenir à saisir l’univers, j’essaie de construire ma propre illusion de l’univers. En faisant du copier-coller et en répétant les conceptions que je crois connaître.»

En plus d’explorer la dualité de la réalité et de l’imagination, l’artiste nous encourage à réfléchir sur la relation entre l’humain et son environnement, ce dernier que nous partageons tous. Les changements climatiques et la fonte des glaciers qui en résulte ont inspirés Iluliaq. Cette œuvre fait aussi référence à des projets passés de Høegh, notamment l’iceberg qu’il a créé à la North Atlantic House, à Copenhague, où s’est tenue la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP15) en 2009. La fonte rapide de la calotte glacière polaire constitue une préoccupation mondiale et la fragilité des majestueux icebergs du Nord suscite un élan instinctif de protection à leur égard. Pourtant, de la taille et de la force de ces formations de glace émane une puissance qui inspire une crainte mêlée d’admiration. Iluliaq propose aux visiteurs une expérience sublime en les invitant à décider si l’iceberg est menacé ou menaçant. 

Construire Iluliaq [Iceberg]
Formée de 56 bannières dont la largeur varie entre 4,6 et 6 mètres et la hauteur entre 18 et 21 mètres chacune, l’installation recouvre entièrement la verrière du Grand Hall du Musée et a nécessité plus d’une dizaine de jours pour être complétée. Sa superficie totale est de 4 645,15 mètres carrés.

La fonte d’Iluliaq
Au fur et à mesure que les travaux du remplacement des vitres du Grand Hall seront complétés, Iluliaq « fondra » progressivement, et ce, dès la fin du mois de juin, pour complètement disparaître au cours du mois de décembre 2013. 

À propos de l’artiste
Établi à Nuuk, au Groenland, Inuk Silis Høegh est né en 1972 à Qaqortoq au Groenland. Il reçoit la bourse Niels Wessel Baggesen en 2005 et obtient son diplôme de l’Académie royale des beaux-arts du Danemark en 2010, bien qu’il ait déjà fait sa marque comme artiste et cinéaste au Groenland et au Danemark.

Dans sa pratique artistique, Inuk Silis Høegh réinterprète souvent sur un ton ironique des conceptions et matériaux largement répandus, s’exprimant sur les sentiments d’aliénation et d’impuissance. Ses œuvres ont été exposées au Groenland, au Danemark, en France, en Islande, en Finlande, en Lettonie et en Allemagne et ses courts-métrages et documentaires ont été présentés à la télévision et dans des festivals dans le monde entier.

Commissaires de l’exposition
Sakahàn. Art indigène international est co-organisée par Greg Hill, conservateur Audain d’art indigène du MBAC, Christine Lalonde, conservatrice associée de l’art indigène et Candice Hopkins, conservatrice adjointe fonds Elizabeth Simonfay, en collaboration avec une équipe internationale de conseillers en muséologie.

Événements
Une riche programmation d’activités publiques entoure Sakahàn. Art indigène international : causeries, visites d’art pour adultes, projection de films, salon d’apprentissage, kiosque familial Artissimo. Pour connaître les dates et les détails, consultez le calendrier en ligne ou composer le 613.998.8888 ou le 1.888.541.8888.

Sakahàn. Art indigène international : le catalogue
L’exposition est accompagnée d’un catalogue richement illustré comprenant des essais sur les développements récents dans le domaine de l’art contemporain indigène par les commissaires Greg Hill, Christine Lalonde et Candice Hopkins, de même que des membres du comité scientifique et auteurs invités. Publié par le MBAC, l’ouvrage de 288 pages est en vente au prix de 39,95$ à La Librairie du MBAC et en ligne à AchatsMBAC.ca à compter du 17 mai 2013.

Le Musée des beaux-arts du Canada remercie ses commanditaires et partenaires
Le Musée des beaux-arts du Canada tient à remercier tout particulièrement RBC Fondation, pour son généreux appui de l’exposition, et CN, commanditaire. Le MBAC souhaite aussi exprimer sa reconnaissance à First Air pour son appui en nature de l’exposition et l’Ambassade du Mexique pour leur soutien et leur collaboration.

Magazine MBAC
Le magazine en ligne du Musée des beaux-arts du Canada, magazinembac.ca, offre une mine de renseignements mise à jour fréquemment sur le monde de l’art canadien et les événements en cours au MBAC. Des correspondants de partout au pays créent un contenu exclusif, fascinant, traitant de l’art, historique comme contemporain, au Canada. On y trouve, entre autres des entrevues exclusives avec des artistes. Ce mois-ci, lisez l’article Sakahàn : allumer le feu et l’article Porter son identité.

Branchez-vous sur Sakahàn. Art indigène international
Suivez les plus récentes nouvelles au sujet de Sakahàn sur ses réseaux sociaux :
Facebook www.facebook.com/MuseedesbeauxartsduCanada
Twitter @beaux_arts_ca
#MBACsakahan

Heures d’ouverture et droits d’entrée pour Sakahàn
Ouvert tous les jours de 10 h à 17 h, et les jeudis jusqu’à 20 h. Entrée libre avec le billet pour la Collection du Musée : 12 $ pour les adultes, 10 $ pour les aînés et les étudiants, 6 $ pour les jeunes de 12 à 19 ans, 24 $ pour les familles (2 adultes, 3 jeunes).  Entrée libre en tout temps pour les Membres du Musée et les moins de 12 ans. Entrée libre les jeudis de 17 h à 20 h, le vendredi 21 juin (Journée nationale des Autochtones) et le lundi 1er juillet (Fête du Canada). Pour de plus amples renseignements, composer le 613.998.8888 ou le 1.888.541.8888.

Sakahàn : les partenaires
Des organismes, galeries et institutions partenaires présenteront également des installations et des expositions d’art indigène parallèlement à Sakahàn : Art Gallery of Windsor, Asinabka Film and Media Festival, AXENÉO7 ; Centre d’art autochtone, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada ; Centre national des Arts du Canada, Galerie d’art de l’Université Carleton, Galerie SAW, Galerie 101, École d’art d’Ottawa, Galerie d’art d’Ottawa, Musée canadien des civilisations, SAW Video Centre d’art médiatique, et Urban Shaman Contemporary Aboriginal Art. Pour en savoir davantage, rendez-vous sur leurs sites web respectifs.

À propos du Musée des beaux-arts du Canada
Le Musée des beaux-arts du Canada abrite la plus importante collection d’œuvres d’art historiques et contemporaines canadiennes au monde.  En outre, il réunit la plus prestigieuse collection d’art européen du XIVe au XXIe siècle au Canada, d’importantes œuvres d’art américain, asiatique et indigène, ainsi qu’une collection mondialement réputée d’estampes, de dessins et de photographies. Fondé en 1880, le Musée des beaux-arts du Canada joue un rôle clé sur la scène culturelle canadienne depuis plus d’un siècle. L’une de ses principales missions consiste à accroître l’accès à l’excellence en matière d’œuvres d’art pour tous les Canadiens. Pour ce faire, il propose un important programme d’expositions d'art itinérantes.  Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous à beaux-arts.ca.

— 30 —

À l’attention des médias seulement :

Une image de l’œuvre et ses crédits peuvent être téléchargés du Centre des médias du Musée. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Josée-Britanie Mallet
Agente principale, Relations publiques et médiatiques
Musée des beaux-arts du Canada
613-990-6835
bmallet@beaux-arts.ca