Collections

Alexander Calder

1898 - 1976

?De même que l´on peut composer des couleurs ou des formes, on peut aussi composer les mouvements.?
(Alexander Calder, 1933)

Les sculptures inventives d´Alexander Calder révèlent les forces invisibles de l´Univers. La gravité, l´air, le temps et le hasard prennent allègrement vie à travers des formes organiques et des thèmes fantastiques et oniriques. Alexander Calder est l´un des rares Américains à avoir fait partie de la prolifique et très fermée avant-garde parisienne des années 1920 et ses talents d´artiste ont été mondialement reconnus dans les années 1960.

Alexander Calder est le deuxième enfant de deux artistes qui l´ont encouragé à créer dès son plus jeune âge. Passionné par la réalisation d´engins mécaniques, il fait d´abord carrière dans le domaine de l´ingénierie. Plus tard, il emménage à New York et s´inscrit à la Art Students League, où il se découvre « un talent pour le dessin au trait ».

Encouragé par des artistes modernes européens au début des années 1930, Calder se tourne vers l´abstraction et le mouvement. Au cours d´une visite à l´atelier parisien du peintre néerlandais Piet Mondrian, il remarque que les murs sont couverts de divers rectangles de carton coloré. Il dit de cette visite qu´elle a été « un choc déterminant ». Calder lance un type d´art entièrement nouveau ? la sculpture cinétique ? sa principale contribution à la sculpture moderne. Son ami, l´artiste Marcel Duchamp, a qualifié ses sculptures actionnées par un moteur de « mobiles ». Faisant à la fois référence au mouvement et aux motivations de l´artiste, le jeu de mots « mobile », en français, décrit parfaitement les œuvres de Calder ainsi qu´une nouvelle catégorie de l´art cinétique.

La passion des voyages de Calder contribue au développement de ses œuvres. Ses sculptures mobiles actionnées par un moteur ou par une manivelle manuelle font place à des œuvres espiègles qui sont actionnées par les éléments naturels comme l´air ou le vent. Les formes organiques remplacent les formes géométriques des premiers mobiles tandis que les mouvements se font plus spontanés et naturels. Ainsi, Jacaranda (1949) flotte gracieusement dans l´air, occupant un espace largement supérieur à la masse de la sculpture elle-même. Les formes organiques verticales et horizontales contrastantes sont inspirées du jacaranda, arbre que l´artiste a découvert au cours d´un voyage au Brésil.

Calder estimait avoir créé plus de 2 000 mobiles, planifiant rarement à l´avance ce qu´il allait réaliser. Il préférait travailler directement avec les matériaux, cherchant l´équilibre des fils à l´aide de ses doigts. « Je pars des petites extrémités et j´équilibre progressivement les fils jusqu´à ce que je trouve le point d´appui. Cette démarche est essentielle, car il n´existe qu´un seul point d´appui; il faut donc trouver le bon endroit pour que l´objet puisse pendre ou pivoter librement ».

Vers la fin de sa carrière artistique, Calder applique ses éléments abstraits en couleurs primaires à des peintures, des dessins, des bijoux et des tapisseries. Partout dans le monde, on lui commande de nombreuses sculptures publiques monumentales. Il représente les États-Unis à la biennale de Venise en 1952 et remporte le grand prix de sculpture, témoignage de l´envergure internationale de cet artiste, qui perdure aujourd´hui.

Alexander Calder
Photo : © 1966 Yousuf Karsh

Nom à la naissance

Alexander Calder

Né États-Unis: Pennsylvanie, Philadelphie, le 22 juillet 1898

Décédé

Meurt États-Unis: New York, New York, le 11 novembre 1976

Nationalité

États-Unis

Audioguide

Aucun audioguide

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra