Collections

Marion Tuu'luq

1910 - 2002

« Ce sont juste mes modestes pensées… des pensées que j’ai pesées » (1990)

Marion Tuu’luq est avant tout connue pour ses œuvres textiles, mais elle crée également des pièces graphiques et participe à 13 éditions de la collection de gravures de Baker Lake. Son œuvre est intrinsèquement liée à sa terre natale et à ses expériences de vie en tant qu’Inuite. Elle commence sa pratique artistique assez tard dans sa vie et utilise le savoir-faire en couture qu’elle a acquis enfant comme base pour ses créations.

Elle vient au monde au campement de sa famille à Innituuq, dans la région d’Utkuhiksalik, près de l’anse Chantrey. Sa mère meurt avant son premier anniversaire, et c’est son père et d’autres proches qui s’occupent d’elle et de ses deux frères plus âgés. Elle est très proche de son père Ekinilik, qui va malheureusement se suicider alors que Tuu’luq a environ 10 ans. Elle épouse son premier mari à l’âge de 18 ans. Celui-ci meurt dans des circonstances mystérieuses en 1954. L’année suivante, elle épouse Luke Anguhadluq. Au cours de ses deux mariages, elle a 16 ou 17 enfants; seulement quatre d’entre eux survivent. 

Tuu’luq vit pendant cinquante ans selon le mode traditionnel, le nomadisme; en 1961, elle et son mari s’installent à l’établissement du lac Baker pour que leurs enfants puissent avoir accès à l’école et aux soins médicaux. Au cours des années 1966-1967, elle commence à utiliser ses connaissances en couture, dans le cadre d’un projet piloté par Elizabeth Whitton. À cette époque, elle crée des vêtements de styles moderne et traditionnel en molleton de laine. Elle trouve également le temps de travailler à des images en tissu à partir de matériau de récupération. 

Deux ans plus tard, le projet de couture prend un nouveau souffle avec l’aide des conseillers artistiques Jack et Shelia Butler. Tuu’luq est conviée à y participer. Elle réalise des pièces en étoffe avec motifs brodés. Au cours de cette période, elle poursuit son exploration des matériaux et commence à s’intéresser à la broderie perlée. Au début des années 1970, la palette de couleurs qu’utilise Tuu’luq privilégie les tons de terre, mais plus la décennie avance, plus elle intègre des couleurs vives dans ses œuvres, comme dans sa pièce Personnages, chamans et esprits  de 1978. 

En 1974, sa participation à l’exposition Artisanat de l’Arctique canadien, organisée par le Conseil canadien des arts esquimaux à Ottawa, et présentée également à Toronto, marque un tournant dans sa carrière. À la suite de l’exposition, ses œuvres commencent à susciter un intérêt soutenu dans le Sud. En 1989, elle développe une allergie à la laine, ce qui la force à abandonner son travail avec les tissus. 

Tuu’luq devient membre de l’Académie royale des arts du Canada en 1978, et reçoit en 1990 un doctorat honorifique en droit de la University of Alberta. La même année, l’UNICEF choisit son œuvre Harmonie entre l’homme et les animaux pour sa série de cartes de vœux sur le patrimoine nord-américain. 


Marion Tuu'luq

Nom à la naissance

Marion Tuu'luq

Née Canada: Territoires du Nord-Ouest, Chantrey Inlet, 1910

Décédé

Meurt Canada: Nunavut, Baker Lake, le 22 septembre 2002

Nationalité

Canada (Inuit)

Audioguide

Aucun audioguide

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra