Le musée est ouvert pendant les travaux sur la promenade Sussex.

Collections

A. Phimister Proctor

1860 - 1950

La fascination qu’a exercé le Far West sur A. Phimister Proctor a fait de lui un prolifique sculpteur d’animaux et de scènes de l’Ouest au tournant du siècle. Né en 1862 à Bosanquet en Ontario, il passe son enfance en nomade, voyageant avec sa famille à travers les États-Unis pour finalement s’établir à Denver au Colorado. Habitant à la limite des terres colonisées à la fin du XIXe siècle, son amour de la nature le garde en étroites relations avec les animaux. Il apprend à chasser non seulement pour la nourriture mais aussi pour l’observation : « J’avais l’ambition, enfant, de devenir un grand chasseur tout autant qu’un sculpteur et un peintre productif ». Adolescent, Proctor combine son intérêt pour la nature, et sa connaissance de celle-ci, avec une passion pour le dessin et s’inscrit à des cours de dessins et de gravures sur bois qui coûtaient cinquante cents par classe.

En 1885, âgé de 23 ans, il déménage à New York pour étudier à la National Academy of Design. Il excelle en dessin et gagne de l’argent en illustrant des livres et des cartons de cigarettes. À chaque été, il ravive son amour de la faune et de la flore dans les régions sauvages de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et du Montana : « Malgré mon amour de l’art, à chaque retour du printemps quand les roches percent la neige, je deviens impatient. Mon sac militaire se remplit de matériel artistique, d’articles de pêche et de munitions.»

Au début des années 1890, Proctor étudie à l’Académie Julien à Paris où il apprend les techniques françaises de sculpture. En 1894, il revient aux États-Unis afin de modeler les chevaux pour les statues des généraux Logan et Sherman réalisées par l’artiste américain Augustus Saint-Gaudens. À cette époque, la sculpture l’absorbe complètement : pas le moindre chien du voisinage ou chat égaré n’échappent à son regard attentif. On lui passe des commandes pour des monuments commémoratifs, des pièces décoratives pour des édifices et des ponts et même pour des figurines destinées à l’ornementation du foyer de la salle à manger de la Maison-Blanche. Proctor fait également plusieurs voyages en Europe dont un comme boursier Rinehart, ce qui lui permet d’étudier trois ans à Paris, et un autre à Rome comme artiste en résidence à l’Académie américaine.

A. Phimister Proctor
Collection M.O. Hammond, Archives du Musée des beaux-arts du Canada

Nom à la naissance

A. Phimister Proctor

Né à Bosanquet (Ontario), le 27 septembre 1860

Décédé

Meurt États-Unis: Californie, Palo Alto, le 05 septembre 1950

Nationalité

Canada, États-Unis

Audioguide

Aucun audioguide

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra