Collections

Fernand Léger

1881 - 1955

Fernand Lége

Le mécanicien

192

Musée des beaux-arts du Canada

© Fernand Léger SODRAC (Montréal) 1999

Soldat pendant la Grande Guerre de 1914 à 1917, Léger passe « quatre années sans couleur ». Pourtant, cet environnement lui inspirera les machines et les figures robustes et hardies qui surgiront plus tard dans son travail, dont Le mécanicien, qui représente, selon Léger : « L’électricien en salopette, dieu moderne, roi-empereur, régnant sur nous et sur tout. » (Léger, Art Institute of Chicago, 1953, p. 30).

Après son congé de l’armée en 1917, Léger reprend sa vie civile avec une foi renouvelée dans l’art. Précis, coloré et astiqué, son travail de l’époque illustre une « esthétique de la machine » avec ses formes angulaires et pointues. En écho aux progrès techniques de son temps, il réalise de denses paysages de la vie urbaine, notamment Dans l’usine (1918) et La ville (étude) (1919-1920), dont il assemble soigneusement les éléments en jouant de l’abstrait et du littéral. Au milieu des années 1920, séduit par les possibilités du grand format, Léger entreprend une série de murales. À Paris en 1925, il participe avec Le Corbusier à l’Exposition des Arts Décoratifs au pavillon de l’Esprit Nouveau où il crée des murales pour le hall d’entrée de « l’Ambassade française ». À cette époque, Léger s’aventure également dans le monde rigide des néo-plasticiens avec quelques oeuvres dont Composition murale (1924), qui se compose uniquement d’un cadre linéaire, d’une absence de représentation et d’une palette limitée.

Au cours des années 1930, Léger effectue plusieurs voyages aux États-Unis et expose dans différentes galeries new-yorkaises. Il exécute également une série de murales pour des pavillons d’exposition, tels le Palais de la Découverte à Paris en 1937 et le New York World’s Fair en 1939. Dans sa pratique, il commence aussi à isoler « l’objet », le libérant des contraintes de ses contextes, notamment dans une œuvre de sa série Objets dans l’espace, où il juxtapose une image de la Mona Lisa avec un assortiment de clés. Léger poursuivra cette libération des formes dans ses toiles par des compositions organiques, flottantes et arrondies, combinant figure et technologie avec le monde naturel comme s’ils coulaient tous d’une même source.

En 1940, il se rend de nouveau aux États-Unis où il demeure durant la Deuxième Guerre mondiale. Il enseigne à l’Université Yale et au Mills College en Californie, et il expose à New York avec des contemporains tels Piet Mondrian, Max Ernst et Marc Chagall. De retour à Paris en 1945, il poursuit son travail et conçoit des décors pour le théâtre et le ballet; il donne aussi des conférences à la Sorbonne et il expose en Europe. Son travail de l’époque vibre de scènes spontanées de cirques, de musiciens et d’acrobates avec de larges bandes bleues, rouges et vertes qui traversent les tableaux. Il meurt en France au mois d’août 1955, après une vie passée à représenter un monde aux prises avec la modernité.

image non disponible

Nom à la naissance

Fernand Léger

Né à Argentan (France), le 04 février 1881

Décédé

Meurt à Gif-sur-Yvett (France), le 17 août 1955

Nationalité

France

Audioguide

Aucun audioguide

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra