Le musée est ouvert pendant les travaux sur la promenade Sussex.

Collections

Brian Jungen

1970 -

« Je fais des expériences jusqu´à ce que je trouve une façon de les manipuler [les matériaux sources] ou de tirer profit de leur iconographie, sans les transformer complètement. J´aime le fait qu´on puisse toujours reconnaître le matériau d´origine. »

Brian Jungen naît en 1970 dans une ferme familiale au nord de Fort St. John, en Colombie-Britannique. Son père est originaire de Suisse et, à l´âge de trois ans, immigre avec sa famille en Colombie-Britannique. La mère de Jungen, une autochtone, est membre de la nation Dane-zaa. Jungen n´a que sept ans quand ses deux parents meurent dans un incendie. Il est alors confié aux soins de la s´ur de son père et du mari de celle-ci. Jungen se souvient de l´habileté de sa mère à adapter les objets à de nouveaux usages, comme il le fait maintenant à merveille dans sa pratique artistique. Il se rappelle : « Elle essayait toujours de prolonger la vie utile des choses, des emballages, des ustensiles. Nous avons ainsi déjà dû utiliser le plateau d´une camionnette pour agrandir notre enclos à cochons. »

En 1988, il s´installe à Vancouver et s´inscrit à l´Emily Carr Institute of Art and Design. Il obtient son diplôme en arts visuels quatre ans plus tard. Il déménage par la suite à Montréal, puis à New York, avant de retourner à Vancouver.

En 1998, il participe à une résidence autodirigée au Banff Centre for the Arts, à Banff, en Alberta. Cette résidence sera un moment charnière dans sa carrière. En effet, c´est là qu´il commence à travailler à ses Prototypes for New Understanding [Prototypes pour une nouvelle compréhension] (1998-2005). Maintenant célèbres, cette série de sculptures qu´il crée en démantelant des chaussures de sport Air Jordan de Nike et en les réassemblant de façon à ce qu´elles ressemblent à des masques des Autochtones de la côte du Nord-Ouest. Il poursuit cette exploration en utilisant des accessoires sportifs pour réaliser des sculptures à partir de gants de receveur, de bâtons de baseball et de maillots de basketball. Jungen déclare choisir délibérément de travailler à partir de matériel produit par l´industrie sportive, une industrie qui s´approprie la terminologie autochtone, comme les noms des équipes, les Chiefs, les Indians, les Redskins et les Braves, par exemple. Toutefois, l´œuvre de Jungen n´est pas exclusivement liée à son origine. Il affirme : « Mon engagement envers ma famille et mes traditions est personnel ? ce n´est pas de là que vient ma production artistique. »

Son intérêt pour l´architecture, et en particulier pour Buckminster Fuller, est également évident dans sa pratique, avec ses nombreux abris pour humains, animaux et oiseaux.

Ce qui sous-tend l´ensemble du travail de Jungen, c´est sa capacité à démanteler et à réassembler des objets tout en conservant l´intégrité et la signification de son matériau source et en créant de nouveaux potentiels de signification, comme dans Transmutation (2000).

Brian Jungen est en 2002 le premier lauréat du prix artistique Sobey et il remporte, en 2010, le prix Gershon Iskowitz.

Brian Jungen

Nom à la naissance

Brian Jungen

Né Canada: Colombie-Britannique, Fort St. John, le 29 avril 1970

Nationalité

Canada

Audioguide

Aucun audioguide

Média

L’artiste Brian Jungen parle de son œuvre Le court (5 min 13 sec)

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra