Collections

Eric Goldberg

1890 - 1969

« Les enfants évoquaient des fleurs pour moi. Je voulais les peindre ainsi. »
(Eric Goldberg, 1943, à propos de son tableau Kindergarten)

Les tableaux romantiques d´Eric Goldberg représentant des femmes, des arlequins, des villages de pêcheurs et des fleurs se caractérisent par leur délicatesse et leur lyrisme. Ayant étudié et enseigné dans certaines écoles d´art de Berlin, de Paris et de Jérusalem, il apporte un regard européen au milieu artistique canadien. Selon le propriétaire de la galerie d´art, Max Stern, la principale contribution de Goldberg fut sa qualité de rêveur, quelqu´un « qui pouvait échapper aux brutalités et aux difficultés de la vie, à la misère et à la guerre et se réfugier dans un monde de rêve qui lui appartenait en propre. » (Max Stern, 1969)

Fils d´un portraitiste allemand ayant connu du succès, Goldberg vit en nomade avant de s´installer au Canada. Il étudie à Berlin, auprès de Lovis Corinth et d´Hermann Struck, puis à Paris à l´École des beaux-arts et à l´Académie Julian. À l´École des beaux-arts, Renoir l´encourage et à l´Académie Julian, où il étudie en compagnie de certains de ses contemporains en provenance du Canada, notamment A.Y. Jackson et John Lyman, il complète sa formation auprès de Tony Robert-Fleury, de Jules Joseph Lefebvre et de Jean-Paul Laurens. Une fois ses études terminées, Goldberg enseigne pendant huit ans, d´abord à la Bezalel Academy of Art and Design de Jérusalem, puis, à l´Academie der Künste de Berlin, où il est choisi pour succéder à Corinth à titre de professeur de dessin et de peinture.

Goldberg quitte Berlin en 1920 et s´installe à Chicago, puis en Palestine, avant de retourner à Paris en 1926, où il fait la connaissance de sa future épouse, la peintre canadienne Regina Seiden. Le couple passe la majeure partie des neuf prochaines années à Paris, où ils participent tous deux à divers salons et deviennent amis avec des écrivains, des poètes et des artistes, notamment la sculptrice Chana Orloff. Leurs voyages sont axés sur la peinture et, parmi leurs destinations, mentionnons la Palestine, le sud de la France et l´Espagne, en plus de certains voyages au Canada durant l´été. En 1935, avec la menace de la guerre en Europe, ils s´installent à Montréal.

Goldberg s´intègre rapidement au milieu artistique de Montréal où, la même année, il participe à l´exposition du printemps de l´Art Association of Montreal. Sa première exposition solo a lieu en 1938 à la Galerie Scott et, la même année, il expose à titre de membre du Groupe de l´Est, qui vient d´être formé. En 1939, il est un membre fondateur de la Société d´art contemporain. En 1949, lui et sa femme mettent sur pied un cours d´art à la synagogue Shaar Hashomayim, entreprise qu´ils dirigeront ensemble pendant vingt ans.

Les premiers sujets de Goldberg comprennent des scènes de rue en Espagne et à Jérusalem, ainsi que des spectacles de cirque, des danseurs de ballet, des orchestres de jazz et des jeux d'enfants. Autoportrait (v.1911-1914) illustre la technique sûre de l´artiste. L´influence de Corinth est perceptible dans la touche large et spontanée, alors que les couleurs et les formes douces du tableau intitulé Personnages (v.1942) reflètent l´influence de Renoir. Dans Quai d´un village de Gaspésie (v.1948), l´artiste saisit le calme du village de pêcheurs dans un style rappelant un peu celui de Raoul Dufy.

Eric Goldberg
Autoportrait, v. 1911-1914

Nom à la naissance

Eric Goldberg

Né Allemagne: Berlin, le 28 octobre 1890

Décédé

Meurt Canada: Québec, Montréal, le 17 février 1969

Nationalité

Allemagne, Canada

Audioguide

Aucun audioguide

Média

Aucun média

Bibliothèque et Archives

Recherche du catalogue

En complément

Aucun extra