Le musée est ouvert pendant les travaux sur la promenade Sussex.

Dessins et estampes canadiens

Thomas Davies, Vue d'Halifax en Nouvelle-Écosse, prise de l'île de Cornwallis et montrant une escadre partant pour Louisbourg, en l'an 1757 1757, aquarelle, plume et encre noire sur papier vergé, 38,1 x 53,6 cm
James Pattison Cockburn, Québec vu en contrebas de l'église d'Aubigny, Pointe-Lévis 1833, eau-forte et aquatinte avec aquarelle et gomme arabique sur papier vélin ivoire, 55,3 x 74 cm; plate: 51,8 x 70,6 cm
David B. Milne, Le déversoir de l'étang 1930, pointe sèche en couleurs sur papier vélin, 19,6 x 28,6 cm; plate: 17,6 x 22,6 cm
Richard Lacroix, Nunatak 1963, eau-forte en couleurs sur papier vélin, 84 x 74,7 cm; plate: 61,8 x 62,3 cm
Betty Goodwin, Gilet III février 1970, vernis mou et eau-forte en couleurs sur papier vélin, 75,5 x 55,7 cm; plate: 59,2 x 45 cm © Betty Goodwin

La collection s’ouvre sur des aquarelles, des estampes et des études botaniques de Thomas Davies, auxquelles s’ajoutent la production d'artistes de « garnison » tels que John Elliott Woolford, George Heriot et Charles Ramus Forrest, qui ont chacun décrit la ville de Québec et l'Amérique du Nord britannique dans le cadre de leurs voyages officiels. D’autres importants artistes militaires et topographes sont représentés, dont Augustus Levinge, du Nouveau-Brunswick, et Robert Petley, de la Nouvelle-Écosse. Si l’on dénombre peu d'artistes professionnels avant la confédération, la collection contient néanmoins une série d’études académiques du sculpteur canadien François Baillairgé ainsi que des dessins et des aquarelles des portraitistes accomplis de l'époque, William Berczy, Robert Field et William Eagar.

Le bassin des artistes professionnels détenant une formation s'accroît au XIXe siècle, après la confédération. Beaucoup font de l'aquarelle leur technique de prédilection. La collection recèle des œuvres d'envergure de James Duncan, qui se spécialisait dans les vues de Montréal, de Lucius O'Brien, de John A. Fraser et de F. M. Bell-Smith, lesquels ont tous cherché des sujets de croquis en empruntant le tout nouveau chemin de fer du Canadien Pacifique, Alan Edson, qui a exploré les paysages des Cantons de l'Est, et William G. R. Hind, qui a beaucoup voyagé du Labrador à la Colombie Birtannique.

Bien que la gravure ait été fort peu pratiquée avant la confédération, la collection compte quelques exemples intéressants de la période, dont une remarquable suite de 12 aquatintes et eaux fortes réalisées et colorées à la main par James Pattison Cockburn. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour voir des artistes se passionner pour l'eau-forte. La collection comprend aujourd’hui de beaux exemples de ces premières estampes, exécutées notamment par T. Mower Martin, Wyatt Eaton, John Hammond et Elizabeth Armstrong Forbes.

Au début du XXe siècle, la gravure avait gagné en popularité auprès des artistes. Parmi les plus talentueux graveurs de cette époque, notons Clarence Gagnon, H. Ivan Neilson, Dorothy Stevens et Herbert Raine. La collection possède aussi des fonds exhaustifs des graveurs innovateurs des générations suivantes, dont bon nombre ont joué un rôle crucial dans l’initiation des artistes et du public canadiens à de nouvelles techniques d’estampe : David Milne, W. J. Phillips et Ernst Newmann.

Le fonds d’estampes de la fin du XXe siècle englobe les productions d’artistes de partout au pays et insiste sur l’œuvre de certains créateurs comme Betty Goodwin et Yves Gaucher, ainsi que sur le développement de techniques particulières et d’ateliers d’estampe comme l’influent Atelier libre de recherches graphiques et l’atelier de lithographie du Nova Scotia College of Art and Design.

La collection de dessins canadiens compte une forte représentation de la production diversifiée de la seconde moitié du XXe siècle. Elle contient des œuvres exceptionnelles d'artistes importants de partout au pays, dont Jack Shadbolt (Colombie-Britannique), Paul-Émile Borduas (Québec) et Miller Brittain (Nouveau-Brunswick) pour n’en nommer que quelques-uns. Y figurent également des fonds considérables d'artistes réputés, dont Greg Curnoe, Joyce Wieland et Michael Snow. Les œuvres sur papier réalisées depuis 1980 font partie intégrante de la collection d’art contemporain, qui embrasse toutes les techniques artistiques.