Imprimer cette page Partager cette page

Robert Davidson : À la croisée de l'art contemporain et de la tradition haïda

Ottawa - 1 février, 2007

Le Musée des beaux-arts du Canada présente du 2 février au 6 mai 2007, de concert avec le Museum of Antropology de l'Université de la Colombie-Britannique, l'exposition Robert Davidson. Au seuil de l'abstraction, une exposition consacrée à l'oeuvre de cet artiste haïda contemporain. Cette exposition est présentée par Bombardier.

Fasciné par le vocabulaire des formes utilisées dans l'art traditionnel haïda, Davidson a développé un style qui se situe entre l'abstraction occidentale et la tradition artistique de ses racines. Cette exposition suit les 20 dernières années du cheminement de Davidson vers l'abstraction. On y trouve 30 oeuvres de l'artiste, dont des peintures sur toile, sur papier, sur peau de daim; des sculptures en cèdre tout comme une série d'objets de la côte Nord-Ouest peints au XIXe siècle et qui illustrent les caractéristiques de l'abstraction haïda. Au fil des oeuvres présentées, Robert Davidson se révèle un artiste aux multiples talents : sculpteur émérite de mâts totémiques et de masques, peintre, joaillier, graveur, et sculpteur sur argilite et métal.

« Dans l'oeuvre de Robert Davidson, les formes contemporaines rencontrent la riche tradition esthétique et philosophique haïda. La polyvalence de Davidson et sa grande maîtrise de différentes techniques en font l'un des plus célèbres artistes haïdas contemporains du Canada. Davidson a construit un nouveau langage plastique à partir d'éléments traditionnels, repoussant ainsi les notions haïdas et occidentales de l'abstraction vers de nouvelles frontières », explique Pierre Théberge, directeur du Musée des beaux-arts du Canada.

Le travail de Robert Davidson se fonde sur une recherche formelle et une étude du vocabulaire visuel de l'art haïda. Ses recherches ont été inspirées par les travaux de Bill Holm, artiste et intellectuel, qui publia en 1965 Northwest Coast Indian Art : An Analysis of Form. Holm a identifié les principes de base du design dans l'art haïda et créé un vocabulaire pour leur analyse. Ainsi Davidson a exploré la « ligne-forme », « l'ovoïde », « la forme en U » ou « la courbe en U , jusqu'à devenir un virtuose de la ligne et utilisant ce lexique visuel pour créer un nouveau langage pictural.

L'oeuvre Épaulard (2000) illustre bien la recherche de Davidson en faisant ressortir l'essence du légendaire mammifère marin par des éléments géométriques, évoquant ici la rondeur typique du corps du cétacé ou là, un aileron stylisé ou encore la forme de sa queue, le tout associé à un usage fluide de la ligne et reprenant les couleurs traditionnelles de l'art haïda, noir, blanc, rouge. Rapace (2003), une sculpture sur cèdre, arbore aussi le rouge et le noir et représente de façon stylisée la tête d'un oiseau de proie, qui tient un oeil dans son bec. Pour Davidson, la voracité du corbeau symbolise le désastre écologique l'oeil dans son bec est une métaphore de ce manque de vision.

« Nous sommes fiers de contribuer au rayonnement de l'artiste Robert Davidson. Cette exposition célèbre l'innovation, l’une des pierres angulaires du leadership de Bombardier. En effet, cet artiste se met constamment au défi d'aller plus loin dans la représentation de l'art haïda. Son oeuvre repose sur l'art ancestral qui incorpore souvent des figures animales dans ses totems et ses masques. Nous souhaitons que cette exposition soit un grand succès », déclare Laurent Beaudoin, président du conseil d'administration et chef de la direction, Bombardier.

Activités et crédits
Le vendredi 2 février à 12 h 15, l'artiste livrera une visite commentée de l'exposition. Gratuit avec le billet de l’exposition. Le samedi 3 février à 14 h, à l'Auditorium du Musée, Davidson et son groupe, The Rainbow Creek Dancers, offriront un spectacle incorporant des danses haïdas traditionnelles et contemporaines. Entrée libre.

Dans le cadre du Bal de Neige et à l'occasion des « Dimanches en famille Esso », les visiteurs sont invités à créer ensemble une sculpture à l'extérieur du Musée. Pour se réchauffer, ils peuvent réaliser à l'intérieur un vitrail inspiré des oeuvres de Davidson. Le chocolat chaud est servi et de la musique pour danser anime le tout ! Gratuit avec le billet de l'exposition.

Un catalogue généreusement illustré réunissant les essais de Karen Duffek et Robert Houle , disponible en anglais et en français, est en vente à la Librairie du Musée. Pour ajouter à votre expérience, un audioguide Bell est proposé en français et en anglais.

L'exposition Robert Davidson. Au seuil de l'abstraction est organisée par le Museum of Anthropology de l'Université de la Colombie-Britannique et mise en circulation par le Musée des beaux-arts du Canada.

L'exposition a commencé son parcours en 2004-2005 au Museum of Antropology de l'Université de la Colombie-Britannique, puis en 2005-2006 s'est arrêtée à la Kelowna Art Gallery, Colombie-Britannique, pour ensuite visiter la McMichael Canadian Art Collection à Kleinburg, Ontario, ainsi que le Musée McCord de Montréal.

Le Musée des beaux-arts du Canada souhaite remercier Bombardier, commanditaire principal de l'exposition, et ses partenaires médiatiques, soit la Télévision de Radio-Canada, CBC TV, Le Droit et The Ottawa Citizen.

- 30 -


RELATIONS MÉDIATIQUES
613-990-6835
communications@beaux-arts.ca