Le musée est ouvert pendant les travaux sur la promenade Sussex.

1950s

Un pas de géant avec Rembrandt

La décennie, qui commence avec l’adoption de la Loi sur la Galerie Nationale, se terminera avec un déménagement à l’édifice Lorne, construit au coût de six millions de dollars. Entre-temps, la Galerie joint les rangs des plus prestigieux établissements d’art du monde en achetant huit chefs-d’œuvre européens, dont Héroïne de l’Ancien Testament (Esther ou Bethsabée) de Rembrandt.

Précédent Décennie | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1958 | 1959 | Suivant Décennie >>

1951

Haut de la page
Changements importants

La Loi sur la Galerie Nationale remplace la Loi de la Galerie Nationale du Canada de 1913. Elle établit un compte d’achat et facilite la planification à long terme des acquisitions, ce qui permet finalement à la Galerie d’obtenir un large éventail d’œuvres d’art significatives. Aux termes de cette loi, la Galerie relève désormais du ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration.

1952

Haut de la page

Locaux

La Galerie lance un concours d’architecture à l’échelle du pays pour la conception du bâtiment qui l’abritera à la place Cartier.

1953

Haut de la page

Collections

Le Musée achète huit peintures européennes importantes de la prestigieuse collection du prince Liechtenstein. Ces acquisitions sont vues comme un événement historique grâce auquel « la Galerie nationale passera d’un état de collection modeste, mais intéressante, aux rangs des collections les plus importantes du monde ». Parmi les œuvres nouvellement acquises figurent Héroïne de l’Ancien Testament (Esther ou Bethsabée) de Rembrandt van Rijn, deux panneaux d’une série consacrée à Esther de Filippino Lippi ainsi que des œuvres de Hans Memling, Quentin Matsys, Barthel Beham, Nicolaes Maes et Francesco Guardi.

1954

Haut de la page

Locaux

Le projet de nouveau bâtiment est annulé. La Galerie occupera temporairement un immeuble qui sera adapté à cet effet : l’édifice Lorne, sur la rue Elgin.

1955

Haut de la page

Directeurs

Alan Hepburn Jarvis devient le nouveau directeur de la Galerie nationale du Canada. M. Jarvis est un sculpteur.

Collections

Lui-même sculpteur, M. Jarvis reconnaît que la collection se compose principalement de tableaux et cherche à remédier à cette lacune en achetant un certain nombre de sculptures modernes. En outre, il consolide la collection de tableaux impressionnistes et post-impressionnistes français.

1956

Haut de la page

Collections

En 1956, le Musée engage sa première bibliothécaire professionnelle, Christa Dedering.

1958

Haut de la page

Changements importants

L’Association de la Galerie nationale du Canada, qu’on appelle aujourd’hui le Cercle des bénévoles du Musée des beaux-arts du Canada, est fondée.

Un groupe enthousiaste formé de personnalités importantes d’Ottawa, dont bon nombre possèdent une vaste collection personnelle d’œuvres d’art, souhaite faire davantage pour promouvoir la Galerie nationale. En mars, avec la bénédiction d’Alan Jarvis et le ferme soutien du président du conseil d’administration, C. P. Fell, un groupe forme un comité de direction provisoire et devient l’Association de la Galerie nationale d’Ottawa, qui vise à sensibiliser la population à l’importance des arts comme composante essentielle de la culture canadienne.

Ce rassemblement a lieu à la résidence d’Alice Dexter, et accueille de nombreux fondateurs, dont Fay Loeb, Alan Gibbons, Lila Rasminsky, Doff Dunton, Rosita Tovell, Jane Dobell, Maurice Fyfe, Jack Barwick, John Trotman et Hamilton Southam, qui est nommé premier président du groupe.

1959

Haut de la page

Locaux

En décembre, la Galerie installe toute sa collection dans sa nouvelle demeure de la rue Elgin, l’édifice Lorne. Disposant de cinq fois plus d’espace et d’une superficie d’exposition sur les murs trois fois plus grande que dans l’Édifice commémoratif Victoria, où logeait auparavant la Galerie, le nouveau bâtiment de sept étages construit au coût de six millions de dollars renferme 33 salles d’exposition ainsi que des bureaux, des laboratoires de conservation, une bibliothèque, un auditorium de 450 places, des ateliers et des locaux d’entreposage.

La nouvelle installation, qui devait initialement servir d’immeuble à bureaux pour le gouvernement, est temporairement réservée à l’usage exclusif de la Galerie. Un contrôle spécial de la température et de l’humidité sert à protéger la précieuse collection de l’institution.

Changements importants

Le marquis de Lorne, John Douglas Sutherland Campbell, est officiellement reconnu et honoré en tant que fondateur de la Galerie nationale lorsque le gouverneur général de l’époque, Vincent Massey, pose la première pierre de l’édifice Lorne.

Pour la première fois en 80 ans, soit depuis sa fondation, la Galerie est en mesure de présenter publiquement et intégralement la grande collection nationale d’œuvres d’art du Canada.

Collections

Lorsque la Galerie installe toute sa collection dans l’édifice Lorne, elle possède déjà 1 255 peintures, 83 sculptures et quelque 4 500 estampes et dessins.