Enseignants Plans de cours

L'art autochtone contemporain au Canada


Quelle est la plus grande différence entre ces deux peintures ?

En tant qu'artiste topographe, Woolford représente Detroit en restituant exactement ce qu'il voit. Probablement sur l'ordre de Dalhousie, il montre la ville en détail parce qu'à cette époque, Detroit se situait en territoire ennemi. La ville est reconnaissable en tant que place forte et Woolford perçoit sa position stratégique sur les berges de la rivière Detroit et repère ses bâtiments importants. Bien que Woolford ait réalisé de nombreuses esquisses au cours de son voyage avec Dalhousie, cette œuvre est la seule peinture majeure représentant le rivage ennemi. Son style est très académique. Il utilise la perspective aérienne et linéaire pour unifier la composition et créer une grande illusion d'espace.

Forrest ne cherche pas à représenter un endroit avec réalisme. Il préfère saisir la magie du changement des couleurs de l'automne, auquel Dalhousie est très sensible. Il a probablement installé son chevalet au premier plan, en bas à droite de cette propriété bien entretenue. Son style, à l'opposé du format de paysage traditionnel de Woolford, est très personnel et très moderne dans l'utilisation de la stylisation, des couleurs vives et de la composition sous forme d'une frise. L'accent mis sur les couleurs changeantes de l'automne est également un sujet assez inhabituel pour une peinture à cette époque. Au début des années 1820, Forrest est pendant deux ans le secrétaire militaire adjoint de Dalhousie et n'a aucun égal parmi les aquarellistes exerçant au Canada à cette époque.