Enseignants Plans de cours

L'art autochtone contemporain au Canada


Robert S. Duncanson, Le mont Owl's Head, 1864 et Doris Ulmann, Portrait d'une jeune fille, c. 1930

Comparez l'atmosphère de ces œuvres.

Bien que différentes du point de vue technique, les deux œuvres présentent une atmosphère irréelle et plutôt symbolique.

La vision que présente Robert Duncanson de ce paysage typiquement canadien est très utopique, toute en lumière et couleurs chaudes. C'est une atmosphère poétique de paix et de tranquillité. Plusieurs des paysages épiques de Robert Duncanson sont inspirés de la littérature, comme Land of the Lotus Eaters (1861). La lumière orangée du soleil baigne la montagne et les collines environnantes, alors que les nuages et le miroir du lac reflètent les tons pastel d'un soir d'été. Dans cette vision sereine, les caractéristiques physiques du site passent au second plan. Comme de nombreux paysages du XIXe siècle, le tableau de Robert Duncanson propose divers niveaux de lecture. Sa vision idéale du paysage est imprégnée de références symboliques qui la transforment en une image du paradis, d'un éden, d'un refuge sûr loin de la réalité de la guerre de Sécession.

Bien qu'il s'agisse d'une œuvre de type documentaire, la photographie de Doris Ulmann dégage une atmosphère plutôt irréelle. Silencieuse et méditative, la photo montre une jeune fille qui jette un regard par-dessus son épaule, alors qu'elle baigne dans une colonne d'ombre flanquée de deux taches de lumière brillante, une métaphore du changement de statut social et du rite de passage des enfants gullahs de cet âge. Cette atmosphère est accentuée par le recours à une épreuve au platine qui permet une douce gamme de gris (comparativement aux gris plus foncés des épreuves à l'argentique). Le processus au platine est également caractérisé par une surface mate qui contribue à l'atmosphère irréelle de l'œuvre.