Enseignants Plans de cours

Joe Fafard

1883

L'arrière-grand-père de Fafard, Joe de Corby, immigre de France au Canada.



1942

Joe Fafard naît à Sainte-Marthe (Saskatchewan) le 2 septembre.



1950

Son père, Léopold Fafard, achète le magasin général et le bureau de poste local.



1956

La maison de la famille Fafard est raccordée à l'électricité.



Retour de l'école : Joe conduit le poney et Bernadette ramène la « chaudière à lunch ». © Joe Fafard

1957-1962

  • Au cours de l'hiver 1957, un incendie détruit la maison familiale, le magasin général et le bureau de poste. Fafard note que cet incendie a marqué la fin de son enfance. Toutes ses encyclopédies, qui lui donnaient accès aux images d'œuvres d'art, sont détruites dans l'incendie. Il ne revoit des images d'œuvres d'artistes internationaux qu'à l'école secondaire, où il découvre les œuvres maîtresses de Raphaël, Michel-Ange, etc., dans les livres scolaires.
  • Il fréquente les écoles secondaires de Welwyn (1960-1961) et de Saint-Lazare (1957-1960, 1961-1962). À Saint-Lazare, S'ur Anastasia, une enseignante de l'école, s'aperçoit que Fafard montre un penchant pour l'art et des aptitudes en la matière. Elle encourage l'intérêt grandissant du jeune Fafard pour l'art. Elle s'arrange pour lui obtenir du matériel d'art, un atelier de fortune dans la chaufferie de l'école et la possibilité d'exposer ses œuvres dans un café local. En outre, elle l'encourage à s'inscrire dans une école d'art.



1962-1966

Fafard fréquente l'Université du Manitoba à Winnipeg, où il obtient un baccalauréat en arts visuels. Il se souvient que le professeur George Swinton l'a encouragé à regarder le monde d'un œil neuf et à voir les choses plus en profondeur, en allant au-delà de ce qui est présenté pour atteindre ce qui est sous-entendu.



1966-1968

Fafard fréquente l'Université d'État de la Pennsylvanie, où il obtient une maîtrise en arts visuels.



À la maîtrise, Penn State University. De gauche à droite : Ranjan Sen Gupta, Richard Calabro, Joe, Raphael Martin. Photo prise en 1967 © Joe Fafard

1968

  • Fafard commence à enseigner la poterie et la sculpture à l'Université de la Saskatchewan à Regina.
  • Il participe à un atelier d'Emma Lake avec Donald Judd.



À la cafeteria de l'Université de Regina Photo : John King, vers 1968 © Joe Fafard

1969

  • Fafard rencontre l'artiste David Gilhooly à l'Université de la Saskatchewan à Regina. Le travail de Gilhooly et son approche à l'égard de la pratique artistique apportent à Fafard une nouvelle vision de sa propre pratique.
  • Naissance de son premier fils, Joël.



1970

Naissance de sa première fille, Misha.



1971

  • Fafard emménage à Pense, en Saskatchewan.
  • Il sculpte son premier portrait miniature, qui représente le père âgé de 107 ans de son ami Alley Haynee, gardien au Art College de Regina.



1972

  • Décès de son père, Léopold Fafard.
  • Naissance de sa seconde fille, Gina.



Sur le perron de sa maison, à Pense. En haut : Susan tenant Gina dans ses bras; en bas, de gauche à droite: Misha, Joe, Joël et la chienne Sardine © Joe Fafard

1973

  • Fafard fait l'objet du film I Don?t Have to Work That Big (Office national du film du Canada). Ce film est diffusé le 13 décembre 1973 sur CBC, dans le cadre d'une série sur l'Ouest canadien intitulée The West Show. Le documentaire se concentre sur la famille, la vie et le travail de Fafard pour explorer la petite ville de Pense, en Saskatchewan.
  • Fafard participe à l'exposition collective Canada Trajectoires 73 organisée par le ministère canadien des Affaires étrangères. L'exposition voyage à Londres (Angleterre) et à Paris (France).
  • Une exposition intitulée Joe Fafard's Pensées est organisée et préparée par Philip Fry à la Winnipeg Art Gallery. Elle est également présentée à la Dunlop Art Gallery (Saskatchewan), au Glenbow Museum (Alberta), et à la Vancouver Art Gallery (Colombie-Britannique).



Au café de Pense, en 1973. De gauche à droite : Bruce Ferguson, Joe et Philip Fry © Joe Fafard

1974

Fafard démissionne de l'Université de la Saskatchewan à Regina.



Des résidents de Pense, 1973. De gauche à droite : Hugh McGillvary, George Smith, Gerry Seal et Joe. © Joe Fafard

1975

Fafard signe avec son premier marchand d'œuvre d'art, Martha Landsman, propriétaire et exploitante de la galerie Espace Cinq, sise à Montréal.



1976

  • Fafard signe avec Douglas Udell, propriétaire et exploitant de la galerie Downstairs, à Edmonton (Alberta).
  • Le Conseil des arts de la Saskatchewan demande à Fafard, Vic Cicansky, Russ Yuristy et David Thauberger de créer une œuvre pour les jeux olympiques de Montréal. De cette collaboration naît le Olympic Grain Bin, un authentique silo à céréale transformé en « temple de l'art », où sont présentées les œuvres des artistes populaires de la Saskatchewan.



1977

Fafard reçoit la Médaille du jubilé de la Reine Elizabeth II.



1979

L'exposition de la Edmonton Art Gallery, intitulée Joe Fafard, voyage à travers le Canada faisant halte dans 10 endroits.



1980

  • Fafard enseigne la sculpture, pendant le trimestre d'hiver, au département d'art de l'Université de la Californie à Davis.
  • Fafard participe à une série de conférences de E.H. Gombrich sur l'art et l'illusion, qui l'amène à expérimenter la profondeur et à jouer avec l'illusion et l'espace suggéré dans ses sculptures.
  • Fafard commence à étudier la vie, l'œuvre et les écrits de Vincent Van Gogh.



1981

Fafard est fait officier de l'Ordre du Canada.



1984

  • Fafard commence à explorer le processus de création de la sculpture en bronze.
  • Il soumet son œuvre Le pâturage et remporte la demande de propositions lancée par la Banque Toronto-Dominion pour une œuvre d'art public destinée à son esplanade du centre-ville.
  • Il met en location sa maison de Pense et emménage avec sa famille à Regina (Saskatchewan). Il conserve son atelier de Pense.



1985

  • Installation de son œuvre Le pâturage à Toronto.
  • Fafard achète et rénove une fonderie à Pense et réalise sa première coulée.



1987

  • Décès de sa mère, Julienne Fafard (née Cantin).
  • Fafard reçoit la Médaille des arts connexes de l'Institut royal d'architecture du Canada.
  • Une exposition individuelle de grande envergure des œuvres de Fafard, intitulée Cows and other Luminaries, ouvre à la Mendel Art Gallery de Saskatoon (Saskatchewan) puis se déplace à la Dunlop Art Gallery de Regina (Saskatchewan).



1989

Fafard reçoit un doctorat honorifique de l'Université de Regina (Saskatchewan).



1990

Fin des années 1980 - début des années 1990 - La fonte à la fonderie est réalisée suivant une méthode traditionnelle qui est très longue et qui exige une production complexe de moules.



1990

Fin des années 1980 - milieu des années 1990 -

  • Fafard expérimente une technique de moulage du bronze permettant de travailler plus efficacement tout en réduisant les coûts.
  • Fafard expérimente les processus de moulage traditionnels du bronze qui l'amènent à élaborer une méthode lui permettant de créer des « dessins dans l'espace »; des sculptures moulées qui, vues de côté semblent abstraites mais qui de face se révèlent figuratives et tridimensionnelles.
  • Fafard, profondément lancé dans l'expérimentation, continue à moduler les méthodes traditionnelles de moulage et élabore la « méthode du roseau perdu » selon laquelle il utilise des roseaux comme base pour former les moules. Les minces roseaux flexibles lui donnent la possibilité de commencer à expérimenter le moulage de mobilier en bronze.



1991

Fafard se sépare de Susan Wiebe.



1993

Fafard rencontre Alyce Hamon.



1994

Alyce donne naissance à sa troisième fille, Solenne.



1995

  • Fafard achète un terrain au nord-ouest de Regina, baptisé « la ferme », sur lequel il construit une maison et un atelier.
  • Fafard se rend au Nouveau-Mexique afin d'apprendre la technique du moulage avec moule intermédiaire en silicone. La maîtrise de cette technique lui donne une meilleure efficacité ainsi que de plus grandes possibilités créatives à la fonderie.



1996

  • Fafard est contacté par le Mclaren Art Centre de Barrie (Ontario) pour participer à un projet, qui deviendra Against the Grain: The Field Horse Project (Le projet du cheval de trait), créé en partenariat avec le Championnat international de labour. Le projet consiste en un champ de céréales de cinquante acres représentant le dessin d'un cheval de labour conçu par Fafard. Les céréales formant le dessin poussent à temps pour le championnat de labour de 1997. Elles sont données à la Banque de céréales vivrières du Canada et l'Agence canadienne de développement international verse une somme équivalente à quatre fois la valeur des céréales données. À la fin du projet, le montant de la donation est estimé à plus de 75 000 $.
  • Fafard fait l'objet d'une exposition individuelle majeure intitulée, Joe Fafard : les années de bronze au Musée des beaux-arts de Montréal.



1998

Alyce donne naissance à son deuxième fils, Julien.



2000

Mariage avec Alyce Hamon.



2002

Fafard reçoit l'Ordre du mérite de la Saskatchewan.



2003

  • Fafard reçoit le Prix Montfort.
  • Il fait l'objet d'un documentaire intitulé Joe Fafard : Sculpter les Origines (PRB Media Productions).



2004

Fafard fait l'objet du documentaire intitulé Joe Fafard: Shaping Art (Cinéma 3180).



2005

Fafard reçoit la Médaille du centenaire de la Saskatchewan pour les arts.



2007

Une rétrospective intitulée Joe Fafard est organisée par la MacKenzie Art Gallery et le Musée des beaux-arts du Canada ouvre à Regina (Saskatchewan). Cette exposition, qui survole les 40 ans de carrière de l'artiste, parcourt le pays, faisant halte dans les provinces de l'Ontario, de la Nouvelle-Écosse, de l'Alberta, du Manitoba et de la Saskatchewan.



Sur sa terre, à Boggy Creek. De gauche à droite : Alyce, Joe, Julien et SolennePhoto : Patricia Holdsworth, août 2006 © Joe Fafard