Enseignants Plans de cours

L'Espace pictural : une introduction

1320-1325

  • L’artiste siennois Simone Martini peint sur panneau l’œuvre Sainte Catherine d’Alexandrie. L’œuvre est exécutée sans aucune perspective. Seul un modelé fait de dégradés subtils et d’ombres suggèrent un espace, mais le fond doré élimine tout lien à un lieu terrestre tel que prescrit par les conventions de l’art religieux du temps.



1410

  • L’architecte et sculpteur florentin Filippo Brunelleschi est le premier à mener une série d’expériences qui l’amène à « redécouvrir » la perspective linéaire - une des caractéristiques fondamentales de l’art de la Renaissance.



1435

  • Dans son traité Della Pittura, l’architecte et homme de lettre florentin Leon Battista Alberti, propose le premier une méthode de construction rigoureuse en perspective.



1485-1490

  • L’artiste florentin Piero di Cosimo peint sur toile l’œuvre Vulcain et Éole. Il s’agit d’une bonne illustration d’un espace crée par l’utilisation du « raccourci » et de la perspective atmosphérique.



1640-1645

  • L’artiste hollandais Jacob Jordaens peint sur toile l’œuvre Les jeunes piaillent comme chantent les vieux. On y voit dans un objet sur la table le reflet d'une fenêtre d'où provient la lumière éclairant la scène. C’est un bon exemple du rôle de la lumière dans l’illusion de l’espace.



1650-1651

  • Un sermon dans la vieille église de Delft de l’artiste Emanuel de Witte est caractéristique de l’intérêt pour les toiles de perspectives architecturales et pour les effets trompe-l’œil.



1670

  • Meindert Hobbema peint la toile Paysage aux moulins; une construction spatiale à deux points de fuite, qui donne à voir un charmant hameau s'ouvrant sur un vaste panorama du paysage hollandais. Les paysages de l’artiste font un brillant usage des effets de perspective.



1735-1737

  • Le peintre vénitien Canaletto peint sur toile Saint-Marc et la tour de l’Horloge, Venise. L’artiste commence à peindre ses fameuses « vedute » vers 1723 et connaît une grande popularité auprès des voyageurs fortunés désirant rapporter de leur voyage un souvenir d'une vue particulièrement saisissante.



1860

  • La disponibilité de lentilles à grand angle et de l’appareil photographique en général influencent de nombreux peintres dans leur représentation de l’espace.
  • On « découvre » à Paris les estampes japonaises grâce à l’ouverture de deux boutiques. Ces dernières influenceront grandement la représentation de l’espace par les impressionnistes, notamment par l’emploi du gros plan et de certaines conventions picturales.



1889-1904

  • L’artiste impressionniste Claude Monet capte par des séries de peintures, un même sujet sous différentes conditions atmosphériques et moments de la journée. Waterloo Bridge: le soleil dans le brouillard, qu’il réalise en 1902, est un bon exemple de son intérêt infatigable pour la lumière et ses effets fugitifs.
© Succession Claude Monet / ADAGP (Paris) / SODRAC (Montréal)



1900

  • Précurseur du cubisme, Paul Cézanne traite ses portraits comme s'il s'agissait d'une nature morte (comme Portrait de paysan, v. 1900). Il développe une technique remarquable de perspective qui a grandement influencé la peinture du XXe siècle.



1907

  • Pablo Picasso rencontre Georges Braque à Paris. Ils découvriront ensemble le potentiel d'un traitement de la nature par des formes géométriques simples, le cubisme. Ils font porter leurs expériences sur l'intégration de points de vue multiples dans une même œuvre. Le guéridon peint par Picasso en 1919 en est un bon exemple.
© Succession Pablo Picasso (Paris) / SODRAC (Montréal)



1909

  • Piet Mondrian déménage à Paris et s'intéresse à Matisse et au cubisme. Ses natures mortes deviennent de plus en plus abstraites comme en témoigne Composition n° 12 avec du bleu. Son œuvre influencera beaucoup la peinture non-figurative du XXe siècle.
Piet Mondrian, Composition no 12 avec du bleu, 1942 © BEELDRECHT (Amsterdam) SODART (Montréal) 2003