Enseignants Plans de cours

Estampes et dessins dans l'art inuit contemporain

-2000

  • Première migration des cultures paléoesquimaudes (tradition arctique des petits outils et culture dorsétienne) dans l’Arctique canadien.



1-1600

  • Deuxième migration de la culture néo-esquimaude (Thulé) vers l'est, c'est-à-dire de l'Alaska vers le Canada et Groenland. Il s'agit des ancêtres des Inuits actuels.



Groupe d'Inuits dans un umiak au printemps, 1920-1929
Robert J. Flaherty
1920-1929, 20e siècle
50,3 x 33,6 cm
De M. Serge Vaisman
MP-0000.596.3
© Musée McCord

1000-1400

  • Les « Vikings » scandinaves établissent des colonies au Groenland et dans l’est du Canada.



1530-1740

  • Des baleiniers s'installent sur la côte du Labrador; plus tard, des commerçants, des colons et des missionnaires s'y établissent également. Parmi les objets fonctionnels, les Inuits créent des petites sculptures en ivoire pour le commerce. Ces œuvres miniatures en ivoire et d'autres objets faits à la main qui datent des premiers contacts jusqu'en 1949 font partie de la « période historique ».


M. Naigle négociant avec un Inuit, Fort McPherson, T.N.-O., 1901
C. W. Mathers
1901, 19e siècle ou 20e siècle
Gélatine argentique
24 x 19 cm
Don de Mrs. J. B. Learmont
MP-0000.59.2
© Musée McCord


1576

  • William Frobisher est le premier Européen à explorer l’Arctique.



1670

  • La Compagnie de la Baie d’Hudson obtient un privilège d’exploitation de la Terre de Rupert.
  • La Terre de Rupert comprend toutes les terres et les cours d’eau qui se jettent dans la baie d’Hudson.



1750

  • La Compagnie de la Baie d'Hudson ouvre des postes de traite au sud-est de la baie d'Hudson.



Inuits ayant participé à la construction du poste de la Compagnie de la Baie d'Hudson, Pond Inlet, île de Baffin, T.N.-O., 1921
Captain George E. Mack
1921, 20e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Gélatine argentique
7 x 13 cm
Don de Mrs. R. Mack
MP-0000.597.329
© Musée McCord

1870

  • La Compagnie de la Baie d’Hudson cède la Terre de Rupert au gouvernement du Canada.



1890-1910

  • Déclin de la pêche à la baleine.



1905-1912

  • Le commerce de la fourrure remplace la pêche à la baleine comme principale source de contacts externes pour les Inuits.


Inuit portant de la fourrure de renard
Richard Harrington / Archives nationales du Canada / PA-112091


1920-1930

  • Période de grande croissance économique grâce au commerce de la fourrure, et entrée des premiers représentants gouvernementaux dans le Nord, principalement des policiers.



Groupe d'Inuits, poste de la Compagnie de la Baie d'Hudson, Baker Lake, NU, 1917 (?)
Captain George E. Mack
Probablement 1917, 20e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Gélatine argentique
8 x 13 cm
Don de Mrs. R. Mack
MP-0000.597.462
© Musée McCord

1930

  • La Corporation canadienne de l’artisanat (l’actuelle Guilde canadienne des métiers d'art, Québec) organise et présente la première exposition canadienne d’art et d’objets inuits au Musée des beaux-arts de Montréal.
  • Années 1930 : Déclin du commerce de la fourrure.



1937

  • Agnes Nanogak Goose et sa famille s'installent à Holman. Elle a douze ans. La majorité des Inuits quittent la vie semi-nomade vers la fin des années 1950 ou le début des années 1960.



Construction d'igloos, Petite rivière de la Baleine, QC, 1873
James Laurence Cotter
1873, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur carton - Papier albuminé
10 x 15 cm
Don de Mrs. D. A. Murray
MP-0000.391.9
© Musée McCord

1940

  • Construction de bases aériennes dans l’Arctique canadien pour ravitailler les avions de guerre européens.



1948

  • James Houston, un jeune artiste canadien, se rend dans le Nord du Québec (Nunavik) pour peindre. Il revient avec des sculptures d’Inukjuak et les présente aux membres de la Corporation canadienne de l’artisanat (qui deviendra la Guilde canadienne des métiers d'art, Québec en 1971). Houston effectue d’autres voyages dans le Nord pour le compte de la Corporation qui recueille et expose les œuvres que Houston rapporte avec lui.



1949

  • À Montréal, le 21 novembre, la Corporation canadienne de l’artisanat lance une exposition d’« objets esquimaux » qui comprend pour la première fois des sculptures en pierre recueillies par Houston. D’une certaine manière, cet événement marque le début d’une nouvelle forme d’art. Le terme « art inuit contemporain » est adopté afin de différencier les sculptures réalisées par des Inuits après 1949 et celles créées durant les périodes préhistorique et historique.



1950

  • Le gouvernement établit des villages avec des écoles et des infirmeries à proximité des postes de traite et des missions. Cela coïncide avec la disette générale causée par la modification du comportement migratoire des animaux terrestres et marins, et l'apparition de maladies en provenance de l'extérieur dans plusieurs endroits de l'Arctique.
  • Début du rapide développement de la sculpture en pierre et création de coopératives inuites de commercialisation et de distribution. Apparition d'une économie florissante et d'une forme artistique novatrice.



Cap Dorset
Stevenson, A. / Archives nationales du Canada / PA-175973

1955

  • Le gouvernement fédéral nomme James Houston au poste d’administrateur de la région du sud-ouest de l’île de Baffin.
  • James et Alma Houston emménagent à Cape Dorset et encouragent activement les sculpteurs et les artisans de la région.
  • Jessie Oonark et sa famille s’établissent à Baker Lake.



1957

  • Production des premières estampes (gravures sur pierre et pochoirs) à Cape Dorset sous la supervision de James Houston.



1958

  • James Houston passe quatre mois au Japon pour étudier la gravure sur bois. Peu après, cette technique est adaptée à la gravure sur pierre.



1960

  • Exposition de la collection d'estampes 1959 de Cape Dorset au Musée des beaux-arts de Montréal et qui sera déposée chez plusieurs marchands d'œuvres d'art. Le Musée des beaux-arts du Canada en achète plusieurs pour sa collection permanente. Le succès remporté par ce projet devient un modèle pour des initiatives semblables dans des collectivités comme Puvirnituq en 1962, Holman en 1965, Baker Lake en 1970 et Pangnirtung en 1973.



Cap Dorset
Archives nationales du Canada / PA-175975

1961-1962

  • Un documentaire de l'Office national du film du Canada au sujet des estampes de Cape Dorset met en vedette Kenojuak.



Kenojuak
Korda, B. / National Archives of Canada / PA-145170

1964

  • Le Musée des beaux-arts de Winnipeg lance un programme d’expositions sur l’art inuit.



1967

  • Introduction des crayons feutres à Cape Dorset. Ils sont abandonnés au milieu des années 1970 quand les artistes réalisent que l’éclat des couleurs disparaît assez rapidement à la lumière du jour.



1975

  • Signature de la Convention de la Baie James et du Nord québécois. Cette région devient le « Nunavik », ce qui signifie « grand territoire » en inuktitut.
  • Jessie Oonark est élue membre de l'Académie royale des arts du Canada.



Image: Fabrication d'un kayak, Petite rivière de la Baleine, QC, 1874
James Laurence Cotter
1874, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur carton - Papier albuminé
10 x 16 cm
Don de Mrs. D. A. Murray
MP-0000.391.12
© Musée McCord

1982

  • L’artiste inuite Kenojuak Ashevak reçoit l’Ordre du Canada.

    En reconnaissance de sa contribution à la culture inuite, Kenojuak reçoit le titre de Compagnon de l’Ordre du Canada, la plus grande distinction du pays pour l’œuvre de toute une vie.



1984

  • Les Inuvialuit de l'ouest de l'Arctique canadien négocient un règlement comprenant des terres, des redevances et le droit à l'autogouverne dans leurs collectivités.



Image: Koodlu Pitseolak et Makikiuq, île Blacklead, NU, 1922-1923
Captain George E. Mack
1922-1923, 20e siècle
Gélatine argentique
7 x 10 cm
Don de Mrs. R. Mack
MP-0000.598.43
© Musée McCord

1985

  • Agnes Nanogak Goose reçoit un diplôme honorifique de l’Université Mount Saint Vincent de Halifax.



1990

  • Pudlo Pudlat devient le premier artiste inuit à présenter une exposition individuelle au Musée des beaux-arts du Canada — Pudlo : trente années de dessin.



1993

  • Signature de l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut (est et centre de l'Arctique) où il est fait mention de la création du territoire du Nunavut en 1999.



Image: Jeune chasseur, 1920-1929
Robert J. Flaherty
1920-1929, 20e siècle
Photogravure on paper
50,8 x 33,1 cm
De M. Serge Vaisman
MP-0000.596.2
© Musée McCord

1999

  • Création du territoire et du gouvernement du Nunavut.

    Le 1er avril 1999, le Nunavut devint le plus récent territoire du Canada. D’une superficie d’environ 1 900 000 kilomètres carrés de terre et d’eau et réparti sur trois fuseaux horaires, le Nunavut abrite environ 22 000 personnes. Le nom signifie « notre pays » en inukitut, la langue des Inuits qui représentent 85 % des habitants du Nunavut.

Chronologie adaptée et augmentée à partir de l’ouvrage Les Inuits du Canada (1995) de l’Inuit Tapirisat du Canada.